Accueil / Mode  / Les mannequins masculins atypiques

Les mannequins masculins atypiques

Les mannequins atypiques chez les femmes et les hommes permettent de changer le visage et la réputation de la mode et de ceux qui la font.

mannequin-atypique-homme

Les mannequins, dans l’imaginaire commun, sont des dieux tombés du ciel, qui ont des mensurations, des chevelures, des traits absolument parfaits. Pourtant, depuis quelques années, la diversité s’invite progressivement sur les podiums des défilés : une diversité ethnique mais aussi des nouveaux physiques qui permettent de montrer que tout le monde ne ressemble pas aux mannequins « idéaux ». On les appelle des mannequins atypiques !

La tendance touche les femmes mais aussi les modèles masculins, parmi lesquels trois ont révolutionné le visage de la mode.

Rick Genest, le mannequin-zombie

Rick Genest est un mannequin canadien dont la particularité vient de son surnom Zombie Boy, qui le suit depuis son enfance à la suite d’une opération du cerveau. Pour rendre hommage à ce petit nom, il a décidé de cumuler les tatouages sur 90% de son corps en six ans de travaux pour achever sa transformation.

Ces œuvres d’art sur sa peau lui donnent l’apparence d’un squelette ou d’un corps qui ne serait pas en grande forme. Il s’est ainsi fait repérer par la styliste de Lady Gaga, qui lui a offert un rôle dans son clip Born This Way. Il est depuis sorti de l’anonymat et son physique atypique lui a permis d’être mannequin pour le fond de teint couvrant de Dermablend, dans un spot de publicité impressionnant où ses tatouages sont entièrement recouverts par le produit !

Shaun Ross, un mannequin atypique et pionnier

Shaun Ross est aujourd’hui un mannequin très reconnu dans le monde entier, et pourtant il a été harcelé durant son enfance dans le Bronx, à cause de sa couleur de peau. Il est aujourd’hui le premier mannequin masculin atteint d’albinisme, après avoir été repéré dans une vidéo sur Youtube où il dansait. Il est souvent apparu aux côtés de Diandra Forrest, un mannequin elle aussi albinos.

Il a depuis travaillé avec de grands créateurs, est apparu en couverture des magazines les plus prestigieux (Vogue italien, i-D, Paper, GQ en Grande-Bretagne) et a même un rôle récurrent dans l’excellente série télévisée The Man in the High Castle. Il s’exprime souvent sur son envie d’inspirer les autres, afin de montrer que l’on peut être différent mais être quand même vu comme beau, intéressant et important.

Son message est comparable à celui de Winnie Harlow, elle aussi étant un mannequin afro-américain, atteinte pour sa part de vitiligo, une maladie qui cause la dépigmentation de la peau.

Andreja Pejić, un mannequin atypique qui bouscule les codes

Cette femme d’origine bosniaque n’a à priori pas sa place dans ce classement de mannequins atypiques masculins. Pourtant, il s’agit d’une femme transgenre qui a été repérée et a fait ses premiers pas dans la mode alors que sa transition n’était pas complète. Elle a en effet été repérée en 2011 comme un mannequin homme et a utilisé son apparence androgyne pour se faire une place dans la mode.

Mission réussie car elle a été la muse de Jean-Paul Gaultier qui, en 2011, l’a faite défiler pour sa collection homme et lui a fait clôturer son défilé féminin avec la cultissime robe de mariée. En 2014, elle est devenue officiellement Andreja et continue sa carrière dans la mode, en véhiculant un message très inspirant pour les jeunes transgenres qui ont du mal à accepter et faire accepter leur identité. Et quelle meilleure personne pour faire passer ce message que la première femme transgenre à faire une campagne de publicité pour une marque de cosmétiques (Make Up For Ever) et la couverture du Vogue américain.

 

Ces portraits de mannequins atypiques permettent de réaliser que la beauté n’a pas un seul visage et que ceux qui font la mode peuvent véhiculer des messages positifs pour les plus jeunes et pour ceux qui sortent de la norme !

Noter cet article
AUCUN COMMENTAIRE

Sorry, the comment form is closed at this time.