Accueil / Loisirs  / Brexit: 5 questions que se posent les britanniques

Brexit: 5 questions que se posent les britanniques

Faisons le point sur les conséquences du Brexit à travers une série de 5 questions que se posent actuellement les Britanniques suite au référendum.

brexit

Comme je vous en parlais il y a quelques semaines, le Brexit a bien eu lieu. En effet, le 23 juin 2016, plus de 52% des personnes s’étant rendues dans les urnes ont voté en faveur de la sortie de l’Union Européenne. Même si sa sortie n’est pas immédiate, une grande partie de la population britannique a exprimé, dès le lendemain, des regrets vis-à-vis de leurs choix, principalement motivés par les conséquences d’une telle prise de décision. Hype Gallery vous propose de découvrir les points les plus importants du Brexit à travers une série de 6 questions que se posent les Britanniques.

Quel est l’impact du Brexit sur la livre ?

En l’espace de cinq jours la livre sterling a perdu plus de 11% face au dollar et 9% face à l’euro. En d’autres termes, une livre sterling équivaut aujourd’hui à 1,338 dollar et à 1,209 euro. Cette forte baisse a entrainé, en partie, la relégation du pays dans la catégorie « AA » (précédemment « AAA ») par l’agence de notation Standard & Poor’s.

Du côté pratique, cette baisse de la livre signifie qu’un anglais dépensant 500 livres en France devra désormais dépenser 68 livres de plus que pendant l’année 2015.

Quel est l’impact sur les étudiants souhaitant étudier en Europe ?

Les étudiants anglais sont les étudiants payant les frais de scolarité les plus élevés au monde. C’est pourquoi une grande partie décide de partir à l’étranger et notamment en France, pays dans lequel les frais de scolarité font partie des moins élevés en Europe.

La sortie de l’Union Européenne entrainerait l’arrêt immédiat des possibilités de libre circulation dans l’espace Schengen en provenance et en partance de l’Angleterre et obligerait donc les étudiants à obtenir un visa. Des frais bien plus importants seraient également appliqués dans la très grande majorité des universités faisant partie de l’Union Européenne.

Il est important de rappeler que tant que la loi n’est pas appliquée les droits relatifs au déplacement à l’intérieur de l’U.E restent les mêmes.

Qu’en sera-t-il des personnes immigrés travaillant au Royaume-Uni ?

En tout, plus de 2 millions de travailleurs européens résident actuellement au Royaume-Uni. Il n’est, pour l’instant, impossible de deviner le sort qu’il leur sera réservé, celui-ci dépendant des décisions qui seront prises entre le Royaume-Uni et l’U.E lors des prochaines semaines.

Depuis le début de leur campagne, les personnes en faveur du « Leave » (qui équivaut à la sortie de l’U.E) suggèrent l’installation d’un système de quota limitant l’entrée seulement aux personnes dont les qualifications sont requises dans le pays.

Les citoyens de l’U.E ont, pour l’instant et, jusqu’à la mise en application de la loi, les mêmes droits et avantages dont ils jouissent maintenant.

Mon travail est-il en sécurité ?

Encore une fois, tout dépend des négociations à venir entre les dirigeants du pays et les hautes instances européennes. En cas de récession, les personnes les plus exposées seront les personnes travaillant dans les secteurs financiers, du tourisme et de la construction automobile.

La nourriture sera-t-elle plus chère ?

La perturbation de la chaine d’approvisionnement liée à la fin des avantages commerciaux entre le Royaume-Uni et le reste de l’U.E pourrait vraisemblablement entrainer une nette augmentation des matières premières et donc des biens de consommation classiques comme les sandwichs ou les frites par exemple.

Noter cet article
AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE