Accueil / 2018 / septembre

L’été indien est une courte période de temps, entre les premières gelées de l’automne et l’arrivée de l’hiver, au cours de laquelle les températures sont très clémentes. Dans un pays comme le Canada, l’été indien est également associé aux couleurs flamboyantes dont les arbres feuillus se couvrent. C’est donc une occasion de profiter des conditions clémentes et du paysage en faisant des sorties en plein air.

Voici d’ailleurs 5 activités pour découvrir la beauté de l’été indien au Canada.

 1 – Faire une balade à vélo en forêt

Plusieurs régions du Canada offrent la possibilité de se balader à vélo en forêt, sur des sentiers spécialement aménagés à cette fin. Peu importe si vous préférez le vélo de montagne ou les randonnées paisibles, vous trouverez facilement un tracé qui conviendra à votre style. Pas besoin d’être un cycliste expert pour profiter de circuits de vélo avec des panoramas extraordinaires.

De plus, si vous n’êtes pas en mesure de transporter votre bicyclette avec vous, sachez qu’à plusieurs endroits, il est possible de louer des vélos.

2 – Jouer une partie de golf

Les amateurs de golf savent pertinemment que l’été indien rime avec la fin de la saison de leur sport favori. Cela dit, plusieurs clubs de golf canadiens offrent des tarifs spéciaux lors des dernières semaines d’ouverture. C’est pourquoi jouer une ronde de golf durant l’été indien est une des meilleures façons de profiter de cette période de l’année si unique.

Bien que les conditions de jeu automnales soient différentes, avec quelques feuilles mortes et une végétation dont la floraison est terminée, les arbres colorés et l’air frais offrent tout de même une expérience des plus agréables.

3 – Parcourir un cours d’eau en kayak

Le kayak est un excellent moyen d’explorer les cours d’eau canadiens et de vous mettre en forme durant l’été indien. C’est un sport merveilleux auquel toute la famille peut participer activement.

En plus d’être vraiment amusant, le kayak rapproche ses adeptes de la nature en leur offrant l’opportunité unique d’observer la faune exotique sur les rives d’un lac ou d’une rivière tranquille. Il est également relaxant de regarder le coucher de soleil sur un lac en étant assis dans une embarcation. Bref, pour savourer l’été indien au Canada, c’est une activité idéale.

4 – Escalader une paroi rocheuse

Pour rendre vos journées plus exaltantes, quoi de mieux que les sensations fortes procurées par l’ascension d’une paroi rocheuse.  Ajoutez à cela les paysages colorés et spectaculaires de l’été indien canadien et vous avez tous les ingrédients pour passer un moment incroyable.

L’avantage de l’escalade est qu’en plus de vous faire bouger, ce sport vous offre la possibilité de confronter vos peurs et de repousser vos limites. Une fois rendu en haut de la paroi, vous aurez droit à une vue imprenable, avec en bonus le sentiment du devoir accompli !

5 – Faire un saut en parachute

Le parachute est un sport souvent considéré comme extrême, faisant en sorte que plusieurs hésitent à l’essayer. Toutefois, si vous voulez avoir la vue la plus impressionnante possible sur la flore canadienne colorée durant l’été indien, aucune activité ne vous en fournira une aussi fantastique.

Nul besoin d’avoir plusieurs sauts d’expérience pour vous lancer ! Vous pouvez effectuer un saut en tandem avec un instructeur expérimenté qui se chargera de vous faire passer un moment inoubliable en haute altitude.

En conclusion

Avec ces quelques suggestions, vous voilà maintenant prêt à profiter de l’été indien canadien. Aussitôt qu’il sera arrivé, sortez en profiter en faisant des activités à l’extérieur, car ce moment de l’année sera vite passé !

Une journée dans un tribunal à suivre les audiences serait suffisante pour vous convaincre que la justice n’est pas monotone et que les affaires sont aussi nombreuses et variées que le sont les parties. Toutefois, certaines affaires très récurrentes ont tendance à refaire surface presque quotidiennement sur le bureau des magistrats. En droit criminel, on retrouve au minimum 3 poursuites judiciaires courantes dont tous les avocats- criminalistes se sont fait une spécialité.

Conduite en état affaiblie due à une consommation d’alcool

La conduite en état affaiblie due à une consommation d’alcool est l’infraction la plus courante en droit criminel. Cette infraction est commise dès lors que vous êtes surpris avec un taux d’alcoolémie dépassant la limite des 0,08 mg d’alcool par litre de sang. Par ailleurs, les autorités peuvent décider de vous arrêter si votre capacité à conduire est affaiblie du fait de l’alcool ou de drogue, alors même que vous n’avez pas dépassé la limite, ou si vous refusez de vous soumettre à un alcootest. Par ailleurs, les individus de moins de 22 ans, apprentis conducteurs ou les titulaires d’un permis probatoire, sont soumis à une tolérance zéro en matièretermes de conduite sous l’empriseire d’un état alcoolique. Au-delà du risque engendré par un tel comportement, cette infraction peut conduire à 90 jours de suspension de permis et au minimum 1000$ d’amende, ainsi qu’un casier judiciaire, et également une saisie du véhicule et une aggravation de l’amende en cas de récidive (deux fois ou plus).

Les voies de fait

L’article 265 du Code criminel entend de manière assez large la définition de la voie de fait. Les voies de fait, aussi appelées attaques ou agressions, constituent toutes les menaces, les agressions physiques, ou alors les comportements menaçants avec port ostensible d’arme envers une personne sans son consentement. La peine prévue pour les voies de fait peut varier en fonction de la gravité de l’acte, de la présence ou non d’une arme, des circonstances, des lésions causées ou encore de la qualité de la victime (personne en situation de vulnérabilité, policier, mineur, etc.). Il existe de nombreux types de voies de fait, de la voie de fait simple aux voies de fait majeures. La peine pour une voie de fait est considérée comme un acte criminel et peut aller jusqu’à 14 ans de prison dans les cas les plus graves.

Le vol

Le vol est également une des infractions criminelles les plus récurrentes. Entendu au sens large, le vol est l’expropriation du bien d’autrui pour priver temporairement ou définitivement son propriétaire de son usage sans son consentement. On distingue généralement les vols de moins de 5 000$ et les vols de plus de 5 000$. Dans le premier cas, on qualifie l’infraction d’hybride et la peine maximale est plafonnée à 2 ans d’emprisonnement si l’infraction est traitée par acte criminel. Pour les vols de plus de 5 000$, la peine peut aller jusqu’à 10 ans d’emprisonnement et l’accusé peut choisir de subir le procès devant un juge avec jury, un juge sans jury ou un juge de la cour provinciale.

En conclusion

Bien que ces trois infractions soient les plus répandues, il est cependant important de ne pas les banaliser. Il en va de la sécurité et du bien-être collectif de faire en sorte que les lois soient respectées.

Vous êtes-vous déjà demandé si vous aviez les compétences nécessaires pour fabriquer vos propres armoires de cuisine et ainsi économiser des milliers de dollars. Bien sûr, de belles armoires dans votre maison peuvent rehausser le décor, mais la plupart des ébénisteries travaillent à des taux horaires que tous ne sont pas en mesure de payer.

Voyez donc comment vous y prendre pour construire vos propres armoires et réduire le coût de vos rénovations de cuisine.

1 – Faire un plan détaillé

La profondeur standard pour un comptoir étant de 63,5 cm, celle des armoires qui se trouvent en dessous devrait être de 61 cm, afin de laisser une lèvre de comptoir de 2,5 cm. Ensuite, comme la hauteur standard d’un comptoir est de 91,5cm, vous devez vous assurer que vous prenez en compte l’épaisseur du revêtement de celui-ci.

Pour ce qui est des armoires qui se trouvent au-dessus du comptoir, vous pouvez vous montrer créatifs, sachant que la norme est de laisser entre 45 et 60 cm de distance entre le comptoir et les caissons afin d’avoir assez d’espace pour cuisiner avec aisance.

Pensez également à prendre en compte les dimensions des portes que vous prévoyez installer lorsque vous élaborerez votre plan.

2 – Procéder à la coupe des différents panneaux et des tablettes

À l’aide d’un banc de scie, coupez les différents panneaux et tablettes dont vous aurez besoin lors de l’assemblage des armoires. Pour vous assurer d’obtenir un résultat solide et durable, taillez vos panneaux dans du MDF, du contreplaqué ou tout autre type de bois laminé approprié.

Comme certains des panneaux ne seront pas exposés, vous pouvez choisir le bois à utiliser en fonction de sa solidité seulement. Quant à ceux qui seront visibles, comme les panneaux de façade qui seront assemblés comme un cadre photo, vous pouvez opter pour un matériau plus esthétique.

3 – Assembler les panneaux pour former les caissons

À l’aide de petits clous et d’adhésif Adbond, assemblez les caissons en commençant par le fond et les côtés. Vous pouvez ensuite ajouter le panneau du dessus, puis celui qui ira à l’arrière. Par la suite, solidifiez les joints en utilisant des vis et des supports d’angles. Vous pouvez ensuite installer les tablettes au moyen d’autres supports d’angles.

Finalement, assemblez les panneaux de façade comme vous le feriez pour un cadre photo. Vous pouvez utiliser des joints plats ou encore les réduire en onglet. Selon votre niveau de compétence, des goujons ou des joints à mortaise et à tenon peuvent être utilisés, pour réunir les pièces.

4 – Fixez les caissons assemblés au mur

Placez les armoires à leur emplacement final. Vissez à travers le panneau arrière et dans les montants muraux pour fixer les caissons solidement. Si vous prévoyez de placer des articles lourds tels que de la vaisselle dans les armoires supérieures, celles-ci peuvent nécessiter plus de support, telles que des supports en L.

5 – Installez les portes

Installez les portes que vous aurez choisies sur les panneaux de façade en utilisant la méthode recommandée par leur fabricant. Vous pouvez également installer des tiroirs, mais une telle entreprise peut vite devenir très complexe et n’est pas recommandée pour un menuisier débutant.

Vous voilà maintenant en mesure de construire vous-mêmes des armoires de cuisine fonctionnelles et solides. Évidemment, le résultat final différera peut-être de ce qu’il aurait été si vous aviez fait appel à un spécialiste, mais vous aurez assurément fait des économies importantes qui vous serviront peut-être à la rénovation d’autres pièces de votre maison !

Souvent adorés des adeptes du shopping, les centres commerciaux fleurissent de plus en plus rapidement et représentent une source importante de bénéfices, s’ils sont implantés aux bons endroits. Pourtant la conception de ces centres d’achat est un véritable projet d’envergure qui ne se bâtit pas du jour au lendemain. De l’idée à la réalisation, des étapes fondamentales doivent être prises en compte.

Trouver l’emplacement idéal

Un centre commercial est, la plupart du temps, un bâtiment imposant qu’il est impossible de bâtir n’importe où. Il faut donc procéder à une étude de faisabilité afin de s’assurer que les constructions peuvent se faire sans obstacle majeur, pour cela des spécialistes en urbanisme et en analyse des terres doivent se rendre sur les lieux pour pouvoir rendre un rapport précis. De plus, l’endroit doit être choisi stratégiquement en fonction de la demande, qui peut être déterminée par une étude de marché.

Rassembler les investissements nécessaires

Comme vous pouvez vous en douter, les centres commerciaux nécessitent de grands investissements pour voir le jour et souvent il est nécessaire de mener une campagne de financement afin de récolter l’argent requis pour leur conception. Mais avant toute chose, il est primordial de déterminer le budget qui sera alloué au projet, sans rien laisser au hasard.

Définir les étapes de conception avec l’architecte

Une fois l’endroit déterminé ainsi que le financement rassemblé, il faut désormais dessiner des plans précis qui mèneront à la réalisation concrète du centre, tout en prenant en compte les normes juridiques à respecter. Un travail colossal qui demande de nombreuses heures de travail et qui peut prendre des années avant de voir le jour. L’architecte aura pour objectifs pointilleux de répondre à la demande de son client, en confectionnant un design adapté à l’emplacement et prendre en compte tous les éléments devant figurer dans un centre commercial, comme les sorties de secours, le système d’électricité, les voies adaptés aux personnes à mobilité réduite, etc.

Clarifier les objectifs et le matériel nécessaire avec les équipes de construction

Une fois que l’équipe a une idée claire et précise de l’allure que prendra le centre commercial, il sera temps de passer à la construction. Pour cela, la priorité est de rassembler toutes les équipes de travail qui interviendront au cours des travaux, que ce soit les maçons, les électriciens, les plombiers, les personnes louant le matériel, tel que les produits pour accès en hauteur (échelles, échafaudages, etc.) Une coordination exemplaire est de mise afin qu’il y ait le moins d’accros possible. Chacune des équipes doit savoir exactement quand intervenir et les objectifs à atteindre.

Les centres commerciaux: des étapes d’envergure de l’idée à la réalisation

Mener à la réalisation concrète d’un centre commercial, demande de faire appel à plusieurs corps de métier et un gestionnaire de projet performant avec de réelles qualités de leader, car les étapes sont nombreuses et les délais souvent courts. C’est un projet qui représente un véritable défi, qui bien réalisé, peut avoir de grands bénéfices financiers.