Accueil / 2017 / juillet

Être à la tête d’une industrie, c’est bien plus que d’éviter les erreurs comptables. En effet, il faut savoir imbriquer une culture d’entreprise. Cette dernière est un élément important qu’il faut mettre en place dès les balbutiements de la compagnie. Il s’agit d’une ambiance qui dicte la philosophie au travers de laquelle les décisions en matière d’organisation hiérarchique et d’interaction entre les employés sont établies.

Vision et communication

À la tête d’une entreprise, dans une position de leadership, il est nécessaire d’avoir la capacité à avoir une vision qui sert de fil conducteur aux pratiques de la compagnie. Qui plus est, cette vision se doit d’être communiquée de manière transparente et sensible à l’ensemble de la hiérarchie. C’est pourquoi la communication est une compétence importante en plusieurs aspects. Elle contribue à faire connaître les attentes et les objectifs à tous les employés, et ce, de façon claire.

La vision d’entreprise permet que les individualités forment, à l’intérieur de la compagnie, un esprit de corps. Travaillant ainsi ensemble, dans le même objectif, et sous une impulsion unique, il est facile d’instaurer une culture d’excellence.

Déléguer

Lorsque nous sommes employés, il est facile de se reposer sur ses lauriers et ne pas avoir l’esprit d’initiative. Les modèles hiérarchiques d’entreprise traditionnelle tendent à déresponsabiliser les travailleurs, puisqu’il y a toujours quelqu’un au-dessus d’eux qui prendront le blâme ou, dans le cas contraire, le mérite. C’est pourquoi déléguer et responsabiliser les employés sont des stratégies et des compétences qui participent énormément à établir une culture d’excellence.

Puisque la bonne exécution du travail ne dépend que de l’employé, et de personne d’autre, il travaillera d’arrache-pied afin que tout se déroule de la meilleure façon. De plus, il se sentira comme une partie intégrante de l’entreprise, ce qui amène l’individu à définir les objectifs de réussite du cadre professionnel comme étant également les siens.

Motivation

Bien entendu, l’une des compétences les plus importantes pour donner à son entreprise une culture d’excellence est la capacité à motiver ses troupes. Et ce n’est donné à tout le monde, oh que non! Il faut avoir une écoute et de bonnes aptitudes relationnelles afin de dénicher les manières idéales pour réussir à les stimuler. Savoir motiver ne se résume pas au domaine de l’entreprise, vous n’avez qu’à analyser la liste des 100 plus grandes personnalités pour comprendre qu’il s’agit d’une compétence clé pour réussir, peu importe le secteur.

Ce n’est évidemment pas tout le monde qui réagit aux mêmes stimuli. Certains fonctionnent avec des récompenses monétaires, ou des cadeaux; d’autres, au contraire, sont motivés par la peur, etc. Il y a de nombreuses techniques de motivation, et il faut savoir comment équilibrer ce que l’on souhaite donner comme impression, ce qui fonctionne pour chaque employé et ce que l’on veut comme image de l’entreprise. Finalement, elle participe à instaurer dans votre compagnie une culture d’excellence.

Conclusion

Ce n’est pas tout le monde qui peut être un leader, encore moins, un qui est efficace. Il faut avoir des capacités et des qualités nécessaires à développer le meilleur chez chaque individu. Les compétences de la délégation, de la motivation et les habiletés communicationnelles sont tout autant de facteur permettant à un leader d’instaurer une culture d’excellence dans son entreprise. Qu’elles soient innées ou travaillées à l’aide de formation en management, ces aptitudes doivent faire partie de votre arsenal afin d’assurer la réussite de votre compagnie.

De nombreuses appellations sont utilisées pour nommer cette profession, notamment :

  • informaticien,
  • concepteur / développeur

Certaines nuances cependant font référence à différentes responsabilités ou niveau d’études.

Explorons spécifiquement le rôle de l’ingénieur informaticien, la formation requise et les perspectives de carrière.

Des rôles polyvalents et créatifs

Dans une ère où l’informatique et la technologie sont omniprésentes, les champs de création dans ce domaine sont vastes et sans limite. L’ingénieur informatique assume ainsi différents rôles.

Ce professionnel possède une compréhension globale de l’ordinateur, la structure, les interfaces et les réseaux.

Il s’occupe principalement de l’élaboration et du développement d’outils informatiques et électroniques. Il conçoit le mécanisme et son intelligence artificielle, par exemple, les téléphones intelligents et leurs applications.developpeur-access

  • Programmes et leur implantation
  • Gestion de bases de données;
  • Sécurité informatique;
  • Fonctions logicielles;
  • Interfaces utilisateurs.

Outre la conception de programmes orientés pour l’utilisateur, l’ingénieur est responsable de la maintenance du système informatique et de communication, ainsi que leurs mises à jour.

Au sein d’une entreprise, il assure un soutien informatique, forme les équipes de travail et supervise des opérations sur le réseau.

Ordre professionnel

Plusieurs combinaisons d’études et d’expériences peuvent mener à une carrière dans ce domaine. Toutefois, pour porter le titre d’ingénieur informatique, En France il n’existe pas d’ordre qui régissent cette profession, au Québec, l’obtention d’un diplôme universitaire et l’adhésion à l’Ordre des ingénieurs du Québec sont obligatoires.

Cet ordre est mandaté pour réglementer la profession et, donc, exige de ses membres la réussite à un examen d’admission et le respect d’une formation continue.

Formation

À Montréal, la Polytechnique et l’ÉTS offrent la formation en génie informatique et en génie de logiciel. Ces programmes sont d’une durée de trois ou quatre ans et mènent à des études supérieures, si désiré.

Bien qu’elles soient étroitement liées, ces deux divisions sont pourtant différentes. La première s’intéresse particulièrement à l’architecture de l’ordinateur et à son mécanisme interne. La seconde se concentre surtout sur la création de programmes et de codes.

Il existe une formation technique (DEC) et professionnelle (DEP) en informatique. Or, le niveau d’étude étant différent, le titre de profession sera modifié, tout comme les tâches et responsabilités qui y sont associées.

Perspectives de carrière

Les perspectives de carrière et le taux de placement dans ce domaine sont excellents. L’informatique touche, en effet, toutes entreprises modernes, peu importe son secteur d’activité. On retrouve ce professionnel dans :Ingenieur informatique

  • Les compagnies de télécommunication
  • Le milieu scolaire et universitaire
  • les entreprises en systèmes informatiques et en logiciels
  • les manufactures
  • le gouvernement provincial et fédéral

Selon la structure de l’organisation, il peut gravir les échelons et atteindre un poste de direction et de gestion. Certains ingénieurs en informatique pratiquent comme travailleur autonome et consultant.

Profil et champs de compétences

On reconnaît en l’ingénieur informatique son intérêt et son habileté à utiliser les nouvelles technologies. Il détient des aptitudes à la résolution de problèmes, les mathématiques et les sciences. Il possède un sens logique marqué et une habileté à la lecture de plan.

Selon son milieu de travail, il se doit d’être autonome et professionnel. Il possède un esprit d’équipe et de bonnes aptitudes de communication.

L’anglais étant la langue principalement utilisée en informatique et en programmation, l’ingénieur en informatique est bilingue.

L’informatique: un domaine varié

Enfin, le milieu de l’informatique est un vaste domaine pour les professionnels. Plusieurs formations  sont disponibles, afin de répondre aux nombreux besoins du marché.

Outre la profession d’ingénieur informatique, il existe d’autres métiers similaires ou complémentaires à celle-ci, par exemple, l’administrateur systèmes et réseaux. Ce dernier s’occupe particulièrement de l’entretien du réseau et de la configuration de matériels informatiques.