Accueil / 2016 / août

L’Hexagone demeure la première destination touristique mondiale avec 84 millions de visiteurs en 2015. L’été 2016 est marqué par une dynamique contrastée. Il y a d’un côté, l’effervescence autour de l’Euro 2016, plus de 1,5 millions de visiteurs étrangers et 1,3 milliards d’euros de retombées économiques. De l’autre côté, il y a la menace terroriste grandissante depuis les attentats de novembre 2015.

La région parisienne durement touchée

Depuis janvier, la baisse des recettes touristiques en île de France a été de plus d’un milliard d’euros. Il y a eu 6,4% de visiteurs en moins à Paris au premier semestre 2016 par rapport au premier semestre 2015. Un constat inquiétant quand on sait que l’île de France représente 30% du tourisme français et que le tourisme français à lui seul représente 2 millions d’emplois et 7% du PIB.

Le terrorisme a aussi un impact hors de la région parisienne

Avec les attentats du 14 juillet 2016 à Nice, c’est la première fois depuis Mohammed Merah à Toulouse que la France est touchée en province. Le terrorisme a durement touché le tourisme français sur la Côte d’Azur, une baisse de 10% dans les transports et l’hébergement a d’ailleurs été recensée. La baisse économique pour les professionnels est mesurée autour de 20 et 25% sur les côtes méditerranéennes. C’est évidemment une véritable plaie pour la région française la plus touristique de juin à septembre.

Une réunion du comité d’urgence organisée en septembre

L’annonce de la prolongation de l’état d’urgence suite à l’attentat sur la Promenade des Anglais a également compliqué l’arrivée de visiteurs coréens, japonais ou américains pour cet été. Ils sont très sensibles sur toutes les questions liées à la sécurité. Le ministre des affaires étrangères français a donc annoncé que 500.000 euros additionnels seraient déboursés pour le plan mis en place après les attentats de novembre. Cet argent aura pour but d’aider la région Côte d’Azur. Il a par ailleurs convoqué une réunion du comité d’urgence début septembre pour proposer des mesures concrètes aux régions les plus affectées.

Une inégalité marquée entre certaines régions

Certaines régions ont profité de la baisse du tourisme dû au terrorisme en région parisienne et sur la Côte d’Azur pour connaître un regain en juillet 2016. Selon les premières estimations, la Bretagne, les Pays de la Loire, la région Auvergne-Rhône-Alpes, le Centre-Val-De-Loire et la Nouvelle Aquitaine ont notamment gagné plus de 5% de visiteurs par rapport à juillet 2015. Les touristes évitent principalement les régions les plus touchées pour se tourner vers ces régions réputées plus tranquilles dans ce contexte actuel compliqué.

Les fans des parcs d’attractions et festivals n’ont pas peur du terrorisme

Les parcs d’attractions français ne connaissent pas l’inquiétude qui règne partout en France. Le Futuroscope et le Puy-du-Fou annoncent même respectivement plus de 8% et 20% de croissance en juillet 2016 par rapport à juillet 2015. L’explication est assez simple, les touristes des parcs d’attractions sont essentiellement français. Les parcs d’attractions ne sont donc pas touchés par la baisse du nombre de visiteurs étrangers. Même ambiance pour les festivals qui ont connu une année exceptionnelle en France. Rock en Seine a par exemple accueilli 110.000 spectateurs.

S’il est indéniable que le tourisme français est durement touché par la répétition d’actes terroristes et la menace qui plane sur le sol français, le bilan n’est pas si catastrophique. Certaines régions se portent très bien et les français organisent leurs vacances autrement. De plus, les manifestations, les grèves et le temps maussade sont d’autres facteurs à prendre en compte pour expliquer les difficultés touristiques de certaines régions.

 

Si cet article vous a plu, Hype Gallery vous invite à découvrir sa rubrique Affaires et retrouver ses articles sur « Qu’est-ce que le Brexit ? » et « Comprendre le Traité Transatlantique« .

Gérer son argent sainement est une habitude à prendre tôt dans la vie. Afin d’éviter de se retrouver avec des dettes ou de se rendre ultimement à une faillite personnelle, quelques gestes peuvent vous permette de conserver un bon dossier de crédit et d’avoir des finances personnelles en santé. Découvrir les 7 pires erreurs à éviter dans la gestion de vos finances personnelles.

Vivre au-dessus de ses moyens

Cela peut sembler évident mais combien de personne connaissent réellement le coût de leur vie ? Selon la plupart des conseillers financiers, très peu ! Un budget peut vous aider à garder la trace de vos dépenses et connaitre le montant de votre revenu disponible pour certaines dépenses. Budgéter, c’est le seul moyen de vraiment connaitre ses finances personnelles.

Gare aux offres « payez en 72 mois »

De plus en plus de prêts, souvent offert par les concessionnaires de voitures, vous offrent de régler la facture en plus de 60 mois. Ce n’est pas nécessairement mauvais, toutefois, le taux d’intérêt est souvent peu avantageux. Vous aurez effectivement des plus petits paiements  mais au final, le montant des intérêts que vous payez est disproportionné considérant le montant de votre achat.

Dépendre du crédit

Une erreur courante à éviter est de vivre à crédit pour la plupart de ses dépenses courantes ou pour les petits luxes, comme les voyages ou de nouveaux meubles. Si vous avez systématiquement besoin du crédit pour arriver, c’est peut-être signe que votre gestion de vos finances personnelles n’est peut-être pas optimale.

Acceptez les offres d’augmentation de limite de crédit ou les nouvelles cartes

Votre institution financière est bien au courant de toutes vos dépenses. Si vous acceptez systématiquement les offres d’augmentation de votre marge ou de votre carte, cela est perçu comme une mauvaise gestion de vos finances personnelles. Cela envoie le message que vous avez toujours besoin de plus de crédit pour arriver et c’est mauvais pour votre cote de crédit. De plus, il est très tentant de profiter de tous cet argent à disposition. Toutefois, certains prêts n’affectent pas directement votre carte de crédit car ils sont à court terme et vous donne rapidement accès à des fonds d’urgence.

« Achetez maintenant et ne payez rien avant un an »

Les offres « ne payez rien avant un an » ou toutes autres aubaines du genre sont souvent peu avantageuses. D’une part, vous devez absolument payer votre prêt dans la limite de temps exigé car il ne pourrait rester qu’un dollar à payer à votre achat que vous seriez facturé l’intérêt du total de votre acquisition. De plus, les magasins qui vous offrent ce genre de promotion font souvent affaire avec des institutions financières qui vous obligent dans ce cas à prendre une carte de crédit à un taux déraisonnable.

Ne pas épargnez

L’épargne est la solution à la saine gestion des finances personnelles. Avec de l’argent de côté, vous avez la possibilité de limiter votre utilisation du crédit. Normalement vous devriez avoir un fond d’urgence équivalent à 3 mois de salaire et par la suite épargner 10% de votre salaire. L’erreur à commettre est de ne jamais épargner, même un petit montant. Même un petit 20$ par semaine peut avoir un bel effet après un certain moment.

Vous prenez la consolidation de dettes à la légère

Lorsque vous dettes ne finisse plus de s’accumuler, vous pouvez prendre un arrangement avec votre institution financière en rassemblant vos dettes en une et par la suite, vous rembourser le tout à un taux d’intérêt moindre. C’est ce que l’on nomme la consolidation de dettes. Toutefois, vous devez vous assurez de bien gérer ce petit jeu dans votre budget afin de ne pas retomber dans vos mauvaises habitudes de dépenses qui minerait vos finances personnelles.

Afin de bien prendre vos finances personnelles en main, il faut éviter le déni et connaitre la situation exacte. L’argent est un souci qui peut rapidement devenir banal lorsque de bonne habitudes sont mises en place. Avec un bon budget, vous saurez quand vous permettent des petites folies !

POST TAGS:

Partir en affaires, ça a toujours été mon rêve. Être mon propre patron, décider de mes horaires et surtout travailler dans un projet dans lequel je me sens investi, voilà quelque chose qui me branche. Depuis quelque temps, je pense à mon projet d’entreprise et je fais mes recherches pour savoir s’il est possible à réaliser. Avec une bonne planification, je crois que mon projet de PME va voir le jour assez rapidement. Pour ceux qui décident de se partir en affaires, voici quelques erreurs à ne pas faire dans la gestion comptable et fiscale de votre PME.

Ne pas prévoir un bon fonds de roulement

Bien que vous croyiez en votre idée et que votre plan d’affaires vous prévoit de profits rapidement, il se peut que les débuts de votre entreprise soit plutôt vache maigre. Un fonds de roulement représente les ressources monétaires dont dispose une entreprise hors de son chiffre d’affaires et représente une des valeurs essentielles de la gestion comptable et fiscale d’une PME. Cet argent est utilisé pour payer les employés, les fournisseurs et les autres charges de fonctionnement jusqu’au moment où les clients versent le paiement pour les services. Le fonds de roulement nécessaire diffère d’un secteur d’activité à l’autre. Il est primordial de prévoir un fonds de roulement suffisamment large pour absorber les dépenses, les imprévus à venir et éviter une mauvaise gestion comptable. Partir en affaires sans fonds de roulement assez suffisant termine rarement en succès.

Mal calculer ses revenus

Lorsque votre PME commence à être florissante, les revenus vont s’accumuler. Afin de faire une bonne  gestion comptable, vous devrez prévoir l’atteinte du seuil de 30 000 $ de revenus avant de l’avoir effectivement atteint. Après 30 000 $ de revenus au cours d’un trimestre civil ou pour l’ensemble des 4 trimestres civils qui le précèdent, vous devrez être enregistré à l’inscription obligatoire aux taxes des petits fournisseurs. C’est-à-dire que vous devrez percevoir et payez la TPS et TVQ. Si vous avez omis les taxes dans votre calcul de prestations de services, vous devrez tout de même payer les 15 % de taxes sur vos produits et services. Donc pour un service de 100 $, vous devrez payer le 15 $ de votre poche si vous ne l’avez perçu du client.

Ne pas faire la différence entre vos déductions sources

Lorsque vous vous lancez en affaire, vous aurez 3 déductions sources qui devront inévitablement être remplies, soit les comptes de taxes, les comptes d’impôts et les salaires. Afin de gérer votre comptabilité et fiscalité efficacement, vous devrez faire la différence entre ces trois dépenses et les périodes où elles sont dues. En tant qu’employeur de vous-même et éventuellement d’autres personnes, vous devez prévoir le calcul de vos dépenses avant même d’avoir démarré votre entreprise afin de réduire les erreurs de gestion de comptabilité.

Ne pas payer ses comptes fiscaux à temps

Les instances gouvernementales qui gèrent la fiscalité et les perceptions d’impôts des entreprises n’entendent généralement pas à rire. L’Agence du Revenu du Canada et Revenu Québec ont des dates limites de perception de vos impôts et de vos taxes que vous ne devriez sous aucun prétexte dépassées. Les intérêts et les pénalités à payer en cas de retard sont très salés. Cette mauvaise gestion de la fiscalité de votre entreprise peut être facilement évitée.

 

Partir en affaires, c’est une grande étape qui peut être excitante. Toutefois, il ne faut pas tomber dans le piège de commencer trop rapidement, car la planification est la clé du succès. N’hésitez pas si vous avez besoin d’aide dans la gestion de votre comptabilité et la fiscalité, surtout dans les premiers mois d’opération. On se revoit prochainement dans un club de jeunes entrepreneurs ?

 

 

POST TAGS:

 

Décorer sa maison avec des œuvres d’art, c’est signe que les affaires roulent bien dans la vie. Cela démontre aussi une ouverture envers le travail créatif des artistes et l’importance qu’on attache à l’ambiance des pièces de la maison. Aussi, l’art est une excellente valeur refuge, au cas où les œuvres d’art ne vous paraissent pas déjà assez intéressantes !

Comment et surtout où se procurer de l’art en 2016 ? La grande tendance dans le milieu de l’art est de transiger par des sites d’enchères d’art en ligne. Découvrez comment les sites d’enchères d’œuvres d’art 100 % en ligne fonctionnent.

Les sites d’enchères : spécialisés en art ?

De nombreux sites d’enchères font des affaires sur le web. Certains sont spécialisés dans certains types de marchandises et d’autres offrent des biens plus généraux. Lorsque vous cherchez à acquérir des œuvres d’art, les sites d’enchères en ligne spécialisés dans l’art sont probablement plus légitimes que les sites d’enchère génériques. D’une part, les sites d’enchère d’art vous garantissent que les artistes et leurs œuvres présentes sur le site ne sont pas des fraudes ou des répliques. De plus, les sites d’enchères d’art offrent un meilleur rendu de l’œuvre avant de l’avoir vu. Habituellement, la qualité des photos est supérieure à la moyenne et tous les détails concernant l’œuvre peuvent être cités (le type de peinture utilisé, le type de papier, etc.).

La manière d’enchérir

Pour pouvoir miser sur des sites d’enchères d’art en ligne vous devez habituellement vous inscrire en tant qu’acquéreur sur le site. Par la suite, les sites d’enchères fonctionnent souvent selon le modèle de l’enchère silencieuse, tous les gens intéressés par la pièce ne voient que le montant en ce moment pour la pièce. Tout dépendant du site, les mises peuvent être payantes ou illimitées. Il faut faire attention avec les mises payantes, car vous devrez payer votre lot par la suite aussi. Certains sites d’enchère d’art en ligne offrent aussi la mise douce. La mise douce désigne un mode de fonctionnement plus flexible pour l’heure de fin de la mise. Si à 2 minutes avant la fin de l’enchère, une personne renchérit, le cadran ajoute 2 minutes supplémentaires à la vente jusqu’à ce que les 2 dernières minutes ne reçoivent plus de mises.

Les caractéristiques fréquentes des sites d’enchères d’art en ligne

Lorsque vous misez sur des sites d’enchères d’art en ligne, vous devriez rester à l’affût de quelques caractéristiques afin que votre expérience en vaille la peine.

D’abord, vérifier toujours les devises utilisées sur le site. Si cela vous semble un bon prix, mais vous réalisez après coup que vous avez payé une toile en livres sterling, vous aurez peut-être une mauvaise surprise rendue au moment de payer votre œuvre d’art.

De plus, quelles sont les procédures à suivre pour la livraison ? Est-elle à vos frais ? Sont-elles couvertes par le site d’enchères d’art ? La livraison est-elle incluse dans le prix de vente ou est-elle en sus ? Ce sont toutes des questions à prévoir avant de miser. Faire venir une toile de 2 X 2 mètres en provenance de l’Asie peut vous coûter autant que le prix de l’œuvre si vous ne faites pas attention.

Certains sites offrent avec votre compte utilisateur un système d’alerte qui vous avertit lorsque des pièces qui correspondent à vos goûts sont en vente. Cette option est très intéressante pour les collectionneurs d’un certain courant artistique ou d’un certain artiste.

De plus, quoique plutôt rare dans les sites d’enchères d’art, vous devrez toujours vérifier si des robots peuvent miser sur le site ou non. L’absence de robot indique vous payerez un prix juste et que les prix ne sont pas inutilement gonflés.

Aussi, les sites d’enchères d’art en ligne peuvent proposer l’achat immédiat. La personne qui vend peut se départir de la pièce pour un montant prédéterminé. C’est une option intéressante si vous avez un coup de cœur pour une pièce et que vous désirez l’acheter immédiatement ou que vous devez rapidement avoir la toile en votre possession.

Les sites d’enchères d’art en ligne sont souvent là où les galeristes déposent beaucoup du stock qui encombre les galeries. Vous trouvez donc des pièces à des prix incroyables sur le net. C’est le moment de dénicher des pièces d’artistes qui prendront de la valeur avec le temps !

POST TAGS:

Le Québec subit un climat de type nordique qui connaît tout au long de l’année des températures extrêmes pouvant descendre jusqu’à -40°C. L’isolation des habitations est donc indispensable et tout autant que faire appel aux meilleures techniques et produits, notamment scellant et et joints.

Point sur le calfeutrage des fenêtres et des portes au Québec avant que l’hiver revienne

  1. Comment faire ?
  2. Quels produits utiliser ?
  3. A qui confier cette tâche ?

Calfeutrer les fenêtres et les portes

Le calfeutrage des ouvertures est très important. C’est une opération qui poursuit de multiples objectifs. Il contribue à l’isolation de l’habitation, permet de faire des économies sur la facture énergétique et améliore le confort de vie.

Calfeutrer diminue, en outre, les fuites d’eau et les infiltrations d’air et évite que l’humidité ne s’insinue au niveau de l’isolant ou de l’enveloppe de la construction.

Concrètement, il s’agit alors de renforcer l’isolation des fenêtres et des portes en faisant appel à des produits spécifiques, notamment à des scellants et des joints de haute résistance au froid ET qui tienne aussi les jours de canicules que l’on subit en été.

Etant donné l’enjeu, il est préférable de confier la tâche à un professionnel en la matière, à un calfeutreur expert. Un artisan du bâtiment qui n’effectue que ce type de travaux, possède la « touche » de finition parfaite.

En tant que spécialiste, ce spécialiste en calfeutrage saura choisir le meilleur produit et la meilleure technique à adopter tout en ayant les compétences et l’expertise nécessaires pour obtenir un calfeutrage de qualité qui dure dans le temps.

Les scellants et les joints de calfeutrage

Pour calfeutrer efficacement les fenêtres et les portes, l’usage des scellants ou joints de calfeutrage en silicone est la plus utilisée et considérée de plus en plus incontournable.

Ce type de scellant est apprécié pour ses caractéristiques physiques, car même sous des températures extrêmes, le produit préserve sa flexibilité et son étanchéité.

On ne craint, par ailleurs, pas qu’il rétrécisse sous l’effet des intempéries. C’est ce qui en fait un scellant idéal pour les portes et les fenêtres qui sont fortement soumises aux contraintes extérieures.

Qu’il fasse trop chaud ou trop froid, le silicone présente l’avantage de préserver la texture d’origine : pas de risque de solidification ou d’affaissement comme c’est le cas avec d’autres types de scellants.

Ce matériau assure une excellente tenue au fil du temps.

Engagez un expert en calfeutrage

Pour un calfeutrage des fenêtres et des portes réalisé dans les règles de l’art, il est vivement recommandé de confier la tâche à un professionnel.

Le plus souvent, ce spécialiste fait appel à des joints de silicone. Même si la mise en œuvre est assez simple, il reste préférable de profiter du savoir-faire d’un pro en la matière.

La pose peut être effectuée sous toute température (même jusqu’à -25°C). A noter néanmoins qu’elle n’est pas envisageable par temps pluvieux.

Une fois le scellant ou le joint mis en place, celui-ci murit en peu de temps : seulement une trentaine de minutes.

Il faut préciser qu’il existe des cas où la silicone n’est pas adaptée, (certains supports de bois) le spécialiste peut alors envisager un autre type de scellant (en polyuréthane par exemple).

Dans tous les cas, le spécialisé étudie toujours les spécificités du projet et les contraintes techniques:pose scellant

  • le type de support,
  • la surface à traiter,
  • l’exposition de la façade,
  • le budget à prévoir…

Enfin, même si la meilleure qualité de scellants a été utilisée ( annoncé 30 ans de stabilité), avec une mise en œuvre professionnelle, les joint de calfeutrage se dégradent au fil du temps et peuvent aussi changer de couleur et/ou de texture.

Cette usure naturelle doit être contrôlée régulièrement.

Ici encore, il est préférable de se fier à l’œil avisé et au savoir-faire d’un spécialiste pour procéder aux vérifications. Celui-ci pourra préconiser diverses mesures en cas de besoin et adopter la meilleure solution.

 

POST TAGS: