Accueil / 2016 / avril

Nigo a annoncé le 30 Avril 2013 son départ de la marque qu’il a créée 20 ans plus tôt: BAPE. Retour sur un personnage qui aura marqué de manière définitive l’univers de la mode et du streetwear.

Les débuts

De son vrai nom Tomoaki Nagao, Nigo est né le 23 décembre 1970 dans la préfecture japonaise de Gunma. À 16 ans et passionné de la culture hip-hop, il se rend régulièrement dans la capitale japonaise alors en pleine mutation. C’est à cette époque qu’il achète ses premiers vinyles d’artistes légendaires comme les Beastie Boys, LL Cool J ou encore Public Enemy.

Juste après le lycée, il intègre la « Bunka Fashion College » à Tokyo mais c’est dans les boites de nuits qu’il se crée un réseau pour sa future carrière. Il avouera quelques années plus tard n’avoir strictement rien appris pendant ses années d’enseignement.

C’est à époque qu’il rencontre celui qu’on surnomme le « Parrain d’Harajuku » (Harajaku est un célèbre quartier de la capital japonaise) Hiroshi Fujiwara. C’est de cet amitié et de ce mentorat que Nagao tire son nom, « Nigo » signifiant littéralement « numéro 2 ».

Aidé par Hiroshi Fujiwara, Nigo lance en 1993 sa première boutique dans laquelle il propose une sélection de marques internationales telles que Nike ou encore Adidas. Il profite de cette première entrée dans le monde de la mode pour commencer sa réflexion concernant la marque qu’il créera quelques mois plus tard: A Bathing Ape.

Nigo et A Bathing Ape

Initialement appelée « A Bathing Ape in Lukewarm Water », Nigo choisit de ne garder que le nom actuel « A Bathing Ape ». L’iconographie inspirée de la Planète des Singes, devient rapidement l’emblème de la marque.

bape

Dès le lancement de la marque Nigo opte pour la stratégie qui consiste à ne fournir qu’une quantité limitée de produits. Cette tactique a permis de créer au fil des années ce sentiment désidérabilité auprès des acheteurs notamment en ne produisant qu’environ 10% de la demande. Toujours en ce sens, Nigo décide en 1998 de ne vendre uniquement ses vêtements dans une seule boutique. Il déclare à ce propos en 2008 dans une interview pour Complex Magazine: « On vendait dans plus de 40 magasins différents au Japon… Mais en en 1998 j’ai décidé de réduire à notre magasin de Tokyo. Peu après les ventes du magasin étaient aussi bonnes que lorsqu’on vendait à travers tout le pays. C’est à ce moment-là que je me suis rendu compte que c’était quelque chose de plus gros que ce que j’avais imaginé. »

Popularisé par des artistes comme The Notorious B.I.G, la marque devient en une dizaine d’années une des références mondiales du streetwear.

bape

Le déclin et l’après BAPE

Bien que rentable (le chiffre d’affaires de l’époque était d’environ 45 million de dollars par an) la marque s’essouffle. Les goûts des amateurs de streetwear changent et il devint alors apparent que les finances de Nigo ont fondu. Il est alors forcé de revendre 90% de la marque BAPE pour 2,8 millions de dollars (230 millions de yens) en février 2011.

2 ans plus tard il quitte la marque:

Aujourd’hui il se consacre pleinement à la nouvelle marque qu’il a créée appelée « Human Made », concentrée sur des reproductions de vêtements vintage haut-de-gamme et sur de nombreuses collaborations avec des marques comme Uniqlo ou Adidas.

Interrogé récemment par le magazine Woman’s Wear Daily sur sa relation avec la marque qu’il a créée et quitté Nigo déclare: « J’avais une réelle envie que la marque survive. L’idée principale était de réfléchir à la manière d’y arriver. J’ai mis 20 ans à la construire alors ce serait dommage qu’elle disparaisse. » En ce sens, c’est peut-être la confiance dont il fait preuve envers sa marque qui lui a permis d’atteindre ce niveau de notoriété à travers le monde entier.

Comme il l’avait promis dans sa campagne, Justin Trudeau a annoncé 6 mois après son élection que le gouvernement allait légaliser la consommation et la commercialisation du cannabis.

Le projet de loi

C’est la ministre de la santé, Jane Philpott, qui a annoncé le mercredi 20 avril lors de l’assemblée générale des Nations-Unies à New-York qu’un projet de loi visant à légaliser le cannabis serait présenté au printemps 2017.

cannabis

Jane Philpott, ministre de la Santé du Canada (www.thestar.com)

Ce projet de loi prévoit de retirer du Code Criminel canadien la consommation et la possession de cannabis à des fins récréatives mais également, de mieux encadrer la consommation et punir davantage les dealeurs qui en vendraient aux mineurs. Elle a déclaré: « Nous allons introduire une législation pour empêcher la marijuana de tomber entre les mains des enfants, et les profits de tomber entre les mains des criminels. (…) Bien que ce plan remette en question le statu quo dans plusieurs pays, nous sommes convaincus qu’il s’agit de la meilleure façon pour protéger nos jeunes tout en renforçant la sécurité publique. »

La ministre a également discuté du rôle de l’État et des provinces du pays. C’est l’État qui serait théoriquement en charge des problèmes liés à la santé publique et de la lutte contre le marché illégal alors que les régions seraient, elles, en charge de l’approvisionnement, de la régulation et de la vente des produits dans les lieux de vente.

Vers la fin de la guerre aux drogues ?

Lors de la même Assemblée Générale extraordinaire tenue aux Nations Unies du 19 au 21 avril, de nombreux représentants politiques ont mis en exergue l’échec de la guerre contre les drogues. En effet, un projet de résolution, préparé il y a un mois, présente désormais une « société exempte de tout abus de drogue » et non l’utopie d’un « monde dans drogue ».

La fin du « tout répressif » semble être ce vers quoi tend la politique des Nations Unies. Cette nouvelle politique résulte d’une prise de conscience collective que l’interdiction ne rend pas les prix prohibitifs. En effet et ce depuis les années 1970, début de la guerre contre les drogues préconisée par le président américain de l’époque Richard Nixon, ce sont plus de 1000 milliards de dollars (environ 50 milliards pour les États-Unis) qui sont dépensés chaque année contre les narcotraficants dont le chiffre d’affaires atteint généralement 300 milliards de dollars par an.

Cette politique montre donc d’elle même a quel point elle a échoué et la nécessité de repenser de manière globale  le problème.

Le Canada: un pays en avance sur son temps

La légalisation du cannabis est un autre exemple de la politique ultra-libérale pratiquée par le gouvernement canadien depuis l’élection de son premier ministre Justin Trudeau. Si le projet de loi est approuvé, le Canada deviendra le premier du G7 (États-Unis, Japon, Allemagne, France, Russie, Royaume-Uni, Italie, Canada) à légaliser le cannabis au niveau fédéral, les Etats-Unis faisant figure d’exception puisque seuls 4 États ont légalisé la célèbre plante.

De plus en plus de pays commencent à évoquer la question à la fois pour des questions économiques mais aussi pour des raisons médicales. Cela fait suite aux observations faites dans les pays pionniers et principalement l’exemple de l’état du Colorado aux États-Unis qui réalise plus de 130 millions de bénéfice grâce au cannabis par an et dont 40 millions sont réinvestis dans l’éducation.

Une estimation réalisée par la banque CIBC parle de recettes comprises entre 3 et 10 milliards de dollars pour l’Etat Canadien.

Le célèbre designer de la marque italienne Moschino, Jeremy Scott, est poursuivi en justice pour plagiat par le street-artiste Rime qui lui reproche d’avoir utilisé une de ces oeuvres dans sa collection Printemps 2015.

Jeremy Scott: l’enfant terrible de la mode

Jeremy Scott est né le 8 août 1973 à Kansas City aux États-Unis. Passionné de mode depuis l’enfance, il étudie à l’Institut Pratt de New-York et commence sa carrière au milieu de années 1990.

La vraie reconnaissance arrive en juin 2008 lorsqu’il sort en collaboration avec Adidas une collection de baskets et de vêtements. Cette collection devient très populaire auprès des stars comme auprès du grand public.

Jeremy-Scott

Adidas x Jeremy Scott Wings Sneakers (source: sneakernews.com)

En 2013, il est nommé directeur de création de la marque italienne Moschino et présente sa première collection à l’automne 2014.

Très indépendant dans sa manière d’aborder son travail, il est devenu l’un des créateurs les plus appréciés, respectés et controversés de la profession. En effet, il avait déjà été accusé d’avoir plagié la marque de skateboard « Santa Cruz » en 2013 et avait du cesser la production de sa collection.

De quoi l’artiste Rime l’accuse-t-il ?

L’affaire commence en Août 2015, lorsque Rime découvre que le créateur a utilisé l’une des ses oeuvres pour créer certains vêtements de sa collection. L’oeuvre en question appelée « Vandal Eyes » a été réalisée 3 ans plus tôt en 2012 à Detroit :

VandalEyes #detroitgraffiti #piecesofdetroit #rimemsk #madsocietykings #twfsl

Une photo publiée par Detroit Graffiti + Street Art (@piecesofdetroit) le

C’est au Gala du Met que Jeremy Scott et Katy Perry apparaissent vêtus respectivement d’une costume et d’une robe arborant le dessin du street artiste américain.

Jeremy-Scott

Katy Perry et Jeremy Scott au Gala du Met en 2015(Larry Busacca/Getty Images)

Joseph Tierney alias Rime dépose alors une plainte contre Jeremy Scott et Moschino, son avocat déclarant alors: « La seule personne affectée est Rime… sa crédibilité en tant que graffiti artiste a été compromise par un coup de publicité aussi grossier que commercial. »

En effet, de nombreuses marques comme Chanel ou Dior se sont appropriées pour bon nombre de collections la culture du Street-Art au grand dam des artistes qui considèrent le monde de la mode comme bien trop commercial, sans âme et à l’opposé de leur travail.

Un des street artistes les plus connus au monde, Kidult, a dédié la majeure partie de son travail à dénoncer la récupération commerciale de ces multinationales en vandalisant un grand nombre de magasins comme les boutiques Louis Vuitton, ou Hermès à Paris:

C’est dans ce sens que s’inscrit la démarche de Rime: défendre son travail et empêcher que ce dernier soit utilisé à des fins commerciales pour des marques représentant le capitalisme dans sa forme la plus primaire.

La réponse de Jeremy Scott

Selon Jeremy Scott et Moschino, Tierney n’aurait jamais eu l’autorisation de la part de la ville de Detroit de peindre le mur sur lequel se trouve son oeuvre. En conséquence ils estiment que: « Dans un soucis de politique publique et de bon sens, il n’y aurait aucun sens d’accorder une protection légale à une oeuvre créée entièrement illégalement. ». Ils ont renchéri peu de temps après en déclarant: « Les violations obstinées et effrontées de la loi ne devraient en aucun cas résulter à l’obtention de droits d’auteur. »

Joseph Tierney et son équipe d’avocats n’ont pas encore répondu à ces déclarations. Le procès, s’il a lieu, réservera sans doute un grand nombre de surprises de par la nature de la plainte et les partis qui s’y opposent.

La marque Supreme vient d’ouvrir sa dernière boutique dans le très prisé quartier du Marais à Paris. Hype gallery vous propose de retracer l’histoire d’une marque pas tout à fait comme les autres…

Supreme New York

Supreme est une entreprise de vêtements spécialisé dans l’univers du skateboard. Créé en 1994 à New York, Supreme s’est imposée en un peu plus de 20 ans comme une marque aimée à la fois par les skaters mais également par la communauté mode du monde entier.

Son créateur James Jebbia, ayant travaillé pour la légendaire marque de skate Union et pour Stussy, cultive une image d’homme très discret et n’a quasiment jamais accordé d’interview.

Très facilement reconnaissable à son logo blanc et rouge en typographie Futura inspiré du travail de l’artiste conceptuel Barbara Kruger, Supreme est devenue l’icône du streetwear mondial.

Pour arriver à ce niveau de notoriété Supreme a réalisé très tôt et jusqu’à aujourd’hui un grand nombre de collaborations avec des marques aussi célèbres que Nike, Vans ou encore The North Face.

supreme

Supreme x The North Face Expedition Pullover 2013 (source: hypebeast.com)

Supreme a également récupéré et incorporé à ses collections de très nombreuses figures de la culture Pop en passant par Kate Moss, Lou Reed, Mike Tyson ou encore Mobb Deep.

supreme

Mike Tyson T-shirt 2006 (source: highsnobiety.com)

Le silence et l’absence de réel marketing font également partie de l’image que souhaite renvoyer la marque et est inversement proportionnel à l’intérêt qu’elle génère. En ce sens, il également difficile de caractériser de manière exacte le type de vêtements que produit la marque: tantôt centré sur le skate, tantôt sur le streetwear, Supreme propose à chaque collection un vaste éventail de t-shirts, de sweat-shirts, de casquettes, de pantalons mais également, et ce qui est plus étonnant, des battes de baseball, des cendriers ou encore des extincteurs ! La marque n’a jamais réellement suivi les tendances et, au contraire, a toujours essayé de créer les siennes.

Supreme et la pénurie organisée

La principale force de vente de Supreme réside dans un principe très simple mais extrêmement risqué à mettre en place: la pénurie organisée. En effet, chaque collection est produite à un nombre de pièces très précis vendu uniquement dans les 10 magasins dans le monde. Il est également possible d’ajouter à cela le fait que Supreme n’a jamais voulu affirmer à quel point leur marque est devenue importante dans le monde de la mode, optant au contraire pour une attitude « je m’en foutiste » rendant les fans encore plus admiratifs de la marque.

Supreme peut, donc, se permettre de fermer ses magasins physique et en ligne pendant des mois en attendant le lancement de la prochaine collection. Ce sentiment d’exclusivité entraine chaque année l’hystérie des fans de la marque spécialement lors de la sortie de collaborations exclusives comme lors de la sortie de la collaboration entre la marque de Skateboard et Nike en avril 2014. La police avait décidé la fermeture du magasin après que des échauffourées ont éclaté dans tout le quartier.

Apparition d’un marché « gris »

La marque américaine suscite tellement de convoitises qu’un marché « gris » est apparu, marché parallèle de revendeurs que l’on pourrait qualifier de peu scrupuleux. Arguant que ce sont les règles du jeu, ces revendeurs font la queue pendant des heures entières ou commandent sur Internet le plus d’articles possibles en étant sûrs d’en tirer deux, trois voire quatre fois le prix auquel ils les ont achetés. Ainsi, il est possible de voir le t-shirt mythique de la marque, le « box logo tee » passer de 70 dollars en magasin à plus de 600 dollars sur eBay pour les éditions les plus exclusives !

Le magazine Complex a réalisé un documentaire sur la marque Supreme et ces revendeurs d’un nouveau genre:

Quel futur ?

Alors quel futur pour Supreme ? Ce cycle ne peut évidemment pas continuer pour toujours.

Même si la marque est aujourd’hui a son plus haut niveau, il n’est pas interdit de penser que cette période va s’arrêter relativement rapidement. Maintenir son emprise sur le marché de la sorte est peut-être une technique de protection. Ou au contraire un moyen d’exploiter au mieux l’engouement que la marque suscite jusqu’à épuisement et un retrait total, laissant les fans choqués et déçus.

En tout cas, rarement une marque n’aura exercé un tel mélange d’admiration, de passion et d’hostilité.

La possible mise en place d’un traité de libre échange soulève déjà de nombreuses interrogations. En négociation depuis 2013, le Traité Transatlantique sera discuté lors du treizième cycle de négociations cette semaine. Quelle est sa définition et quels sont ses enjeux ?

Qu’est-ce que le Traité Transatlantique ?

Le Traité Transatlantique est souvent désigné par deux acronymes : Tafta qui signifie en anglais « traité de libre-échange transatlantique » ou TTIP qui correspond à « Transatlantic Trade and Investment Partnership ».

Les bases de ce traité concernent la création d’un espace de libre-échange entre les États-Unis et l’Union Européenne. L’objectif principal étant de réduire au maximum les droits de douanes, ce qui permettrait à terme, les investissements ainsi que les exportations et importations. Le second objectif principal est d’harmoniser les standards de réglementations dans neuf secteurs précis: les textiles, l’automobile, la médecine, les produits chimiques, l’ingénierie, les pesticides, les technologies de l’information, les cosmétiques.

Négociations et enjeux

Les négociations sont organisée autour de 24 chapitres de discussion répartis en trois grandes parties: l’amélioration de l’accès aux marchés pour les entreprises, la coopération réglementaire ainsi que l’instauration de nouvelles règles encadrant le commerce.

Barack Obama, en visite au salon industriel de Hanovre où il s’est rendu ce dimanche a déclaré: « Je ne m’attends pas à ce que nous soyons en mesure de finir la ratification d’un accord d’ici à la fin de l’année, mais je prévois que nous ayons terminé les négociations de l’accord. ». Cela traduit la volonté du président américain d’accélérer des négociations qui s’éternisent depuis maintenant 3 ans.

traité transatlantique

Barack Obama et Angela Merkel à Hanovre le 24 avril 2016 (source: www.larep.fr)

Les enjeux sont de taille puisque la création du Traité Transatlantique créerait potentiellement la plus grande zone de libre-échange du monde avec plus de 800 millions de consommateurs, ce qui représenterait plus de 50% du PIB mondial.

Inquiétudes et interrogations

La ratification de ce traité est sujette à de nombreuses interrogations de la part du grand public. Très impopulaire en Allemagne mais également en France, de nombreux points aujourd’hui en suspens divisent l’opinion.

Les principales craintes émanent des agriculteurs. En effet, les détracteurs ont émis l’hypothèse d’une remise en cause des réglementations sanitaires et l’arrivée de produits génétiquement modifiés sur le marché européen comme le boeuf aux hormones par exemple.

Un autre point sensible évoqué est la mise en place d’un mécanisme de règlement des différends entre investisseurs et États appelé ISDS en anglais. Cet instrument est utilisé comme arbitre en cas de conflit entre un État et une entreprise qui se sentirait lésée par la règlementation de ce même État. Dans le cas du Traité Transatlantique, le système serait composé de 15 juges (dont 5 du pays tiers) et inclurait la possibilité de faire appel.

Un futur incertain

De nombreux politiques européens mais également la grande majorité des détracteurs de ce traité ont fait part de leur volonté de ne pas céder à la pression américaine. En effet, c’est ce que traduit le ministre allemand de l ‘Économie lorsqu’il déclare: « L’accord va échouer sans concessions de Washington ».

Une chose dont on peut être sûrs : la treizième session de négociations s’ouvrira donc dans une atmosphère particulière à New York en fin de semaine.

Nokia a annoncé aujourd’hui être sur le point de racheter la société française Withings spécialisée dans les objets connectés. L’entreprise finlandaise affirme ainsi son désir de se lancer dans le secteur de la santé connectée.

Withing: la pépite de la « French Tech »

Withings est une entreprise française créée en 2008 par Éric Carreel, Cédric Huntings et Fred Potter.

Elle est spécialisée dans les objets connectés de santé comme les balances, les tensiomètres, les capteurs d’activité etc. Forte de deux levées de fonds importantes en 2010 (3 millions €) et en 2013 (23,5 millions €) Withings a été en mesure de développer les différentes gammes de produits qu’elle propose et s’affirme comme l’un des leaders de la « FrenchTech » et l’un des leaders mondiaux de son secteur.

Cedric Hutchings, qui prendra la tête bientôt de la division santé de la firme finlandaise, a déclaré au sujet du rachat de Withings: « Depuis le début de Withings, notre passion a été de donner à chacun le pouvoir de suivre son mode de vie et d’améliorer au quotidien son bien-être pour une meilleure santé sur le […] Nous sommes heureux de rejoindre Nokia et d’aider les personnes à travers le monde à partager notre vision de la santé connectée»

Le renouveau de Nokia

Nokia, qui a été pendant plusieurs années leader de la téléphonie mobile, a traversé une période difficile ces dernières années notamment en 2013 lorsque la firme a revendu sa division mobile à Microsoft dans le but de se consacrer pleinement sur sa division « réseaux ».

Deux ans plus tard, le 15 avril 2015 Nokia présente son projet d’acquisition de la multinationale spécialisée, elle aussi, dans les télécoms et les réseaux Alcatel-Lucent et notamment dans les domaines de « cloud-computing » et d’Internet très haut débit.

Au 1er février 2016, Nokia était propriétaire de 76,3% des actions d’Alcatel-Lucent, le but étant à terme de devenir propriétaire d’au-moins 95% de l’entreprise française.

Le rachat de Withings fixé au prix de 170 millions d’euros fait partie de la volonté de Nokia d’acquérir une place intéressante sur le marché du futur des technologies: l’internet des objets.

50 milliards d’objets connectés en 2020

Bien plus que de simples gadgets, les objets connectés ont déjà pris une importance considérable dans la vie de millions d’utilisateurs dans le monde. Du secteur de la domotique au secteur automobile ou encore le secteur textile, les opportunités et déclinaisons possibles des objets connectés sont quasiment sans limites.

On estime à plus de 50 milliards le nombre d’objets connectés en 2020 dont le marché représenterait potentiellement 7000 milliards de dollars.

Les deux secteurs les plus impactés par l’internet des objets seront sans aucun doute l’énergie et la santé.

Même si les perspectives de développement de ce qu’on appelle « l’Internet des Objets » (IoT) sont exponentielles, de nombreux spécialistes ont soulevé la question de la protection des données. En effet, on estime à plus de 80% (soit 4 milliards) le nombre d’objets connectés présentant de failles de sécurité.

En bref, il est sûr qu’à la manière de l’Intelligence Artificielle, les objets connectés marqueront, dans le prochaines années et ce, de manière durable, la manière dont nous allons appréhender la technologie. C’est en ce sens que Nokia souhaite s’implanter durablement dans un secteur en plein essor.

Le business des objets connectés d’ici à 2020 (source: maddyness.com):

Nokia

Dimanche 24 avril 2016, Valentino Rossi a remporté sa 113ème victoire dans la catégorie reine MotoGP. À 37 ans, il s’affirme comme l’un si ce n’est le plus grand pilote de tous les temps.

Les Débuts 

Valentino Rossi est né le 16 février 1979 à Urbino en Italie. Passionné de foot depuis sa plus tendre enfance c’est, cependant, vers les sports mécaniques qu’il se destine très tôt. Fils de l’ancien pilote Graziano Rossi, il participe entre 1990 et 1993 à de très nombreuses courses de karting.

Mais c’est en 1994 et après de nombreuses courses disputées sur minimoto que Rossi dispute sa première course sur 125 cc dans le Championnat Italien de Motocyclisme. Le bilan de la première année est plutôt mitigé contrairement à l’année suivante où il est sacré champion.

Championnats 125cc, 250cc (1996-1999)

125cc

C’est en 1996 et au sein de l’écurie Aprilia que Valentino fait ses débuts dans la catégorie 125 cc. Il remporte la première course de la saison à Brno en République Tchèque et termine 9ème au classement général à la fin de la saison.

valentino-rossi

Valentino Rossi sur sa Aprilia RS 125 – 1996 (source: motorcyclenews.com)

1997 sera l’année de son premier titre en 125cc avec 11 victoires sur 15 grand prix.

250cc

Rossi intègre la catégorie 250cc dès la saison 1998 à laquelle il termine 2ème.

Toujours chez Aprilia, 1999 sera l’année de son triomphe avec 9 victoires et 12 podiums.

valentino-rossi

Valentino sur sa Aprilia RS250 – 1999 (source: hifigp.tumblr.com)

Catégorie reine (2000-aujourd’hui)

Honda (2000-2003)

Après 4 saisons professionnelles en 125cc et 250cc Valentino Rossi intègre  la catégorie reine en 2000. 

valentino-rossi

Valentino sur sa Honda NSR victorieuse en 2001 (source: motogp.com)

Après une première saison très complète et terminée à la 2ème place, Valentino Rossi s’impose dès la saison 2001 après une série de 11 victoires.

Certains osent déjà le comparer à Giacomo Agostini, pilote de légende des années 1960-1970. En effet, à 23 ans, Rossi est déjà le 2ème pilote italien ayant obtenu le plus de victoires (39) bien que loin derrière les 123 de son aîné. En 2003, il réalise une saison encore plus aboutie puisqu’il termine champion du monde avec 9 victoire et 16 podiums en 16 courses.

Il annonce juste après le dernier Grand Prix de la saison à Valence qu’il rejoindra l’écurie Yamaha pour les saisons 2004 et 2005.

Yamaha (2004-2010)

Valentino Rossi permet dès, sa première année, à Yamaha de renouer avec la victoire (première depuis la victoire en 2002 de Max Biaggi au GP de Malaysie) en gagnant la première course de la saison. 

valentino-rossi

Rossi au guidon de sa Yamaha YZR-M1 à Brno, République Tchèque – 2004 (source: motousa.com)

2004 sera l’année de son 4ème titre mondial d’affilée mais également celui de plusieurs performances remarquables pour un pilote aussi jeune:

  • 100ème podium en 139 départs lors de sa victoire en Australie (sixième pilote de l’histoire à avoir dépassé la barre des 100 podiums)
  • premier pilote à gagner deux courses d’affilée sur des motos de constructeurs différents (Valence 2003 sur Honda, Welkom 2004 sur Yamaha).
  • 2ème pilote à décrocher deux titres consécutifs avec deux constructeurs différents

Après une année marquée par de nombreux rebondissements il termine à nouveau champion du monde avec un bilan de 5 potes position, 6 podiums dont 11 victoires.

2006 et 2007 sont des années en demie-teinte pour Valentino Rossi puisqu’il se hisse consécutivement à la 2ème place (5 points derrière le champion américain Nicky Hayden) et à la 3ème place.

C’est finalement en 2008 que Rossi renoue avec le titre de champion du monde au terme d’une saison extraordinaire et riche en batailles notamment avec le double champion du monde australien Casey Stoner lors du Grand Prix des États-Unis:

Il réalise alors la meilleure saison de sa carrière avec 9 victoires, 16 podiums et 373 points. Il rejoint alors son aîné Giacomo Agostini  en devenant le deuxième pilote à avoir récupéré le titre après l’avoir manqué deux années de suite.

Il double la mise en 2009 en remportant son 9ème titre mondial, le 7ème en catégorie Reine.

L’année suivante est une année compliquée pour Valentino Rossi. Blessé à l’épaule après une chute en motocross, il est victime d’un terrible accident au circuit de Mugello en Italie, le laissant avec une fracture ouverte du tibia.

Cela l’empêchera de participer à 4 Grand Prix mais il arrivera tout de même à se classer 3ème du Championnat du Monde.

Ducati (2011-2012)

valentino-rossi

Rossi sur sa Ducati Desmodedici – 2011 (source: www.lerepairedesmotards.com)

Les deux années passées chez Ducati ont sans doute été les pires dans la carrière de Valentino Rossi.

En 2011 il est victime de nombreux problèmes mécaniques et chute à de nombreuses reprises. C’est la première saison depuis 1996 qu’il ne remporte aucune course. C’est également l’année ou son ami et pilote Marco Simoncelli meurt lors d’un très grave accident au Grand Prix de Malaisie. Très affecté, Rossi termine la saison à la 7ème place.

2012 restera définitivement comme l’année du divorce entre le pilote et la firme de Bologne. Confronté aux mêmes problèmes que l’année précédente, Rossi termine cette fois 6ème et annonce dès la fin de la saison son retour vers l’écurie avec laquelle il a tellement brillé par le passée: Yamaha.

Yamaha (2013-aujourd’hui)

Véritable saison de transition, 2013 sera encore une fois en demi-teinte pour le pilote italien qui doit faire face au trio espagnol redoutable: Jorge Lorenzo (son coéquipier chez Yamaha), Dani Pedrosa et Marc Marquez (tous les deux chez Honda).Il termine 4ème cette année avec une 1 victoire et 6 podiums.

valentino-rossi

Rossi présente sa nouvelle Yamaha YZR-M1 de 2013 (www.asphaltandrubber.com)

2014 marque le retour du champion italien. En effet, c’est la première saison depuis 2010 qu’il dépasse les dix podiums (13 en tout) et qu’il signe plus d’une victoire en championnat. Ces résultats lui permettent de se hisser à la seconde place du Championnat du Monde derrière Marc Marquez.

À 36 ans, Valentino Rossi commence la saison 2015 de la plus admirable des manières: après s’être classé en huitième position il parvient à remonter les places une à une pour terminer devant son compatriote Andrea Dovizioso.

Le tournant de la saison se joue lors de l’avant-dernier Grand-Prix, le 25 octobre 2015 en Malaysie. Alors en tête et lors d’une bataille acharnée avec un Marc Marquez très agressif, Rossi lui assène un coup de pied et fait tomber l’espagnol. Il termine 3ème derrière Jorge Lorenzo et Dani Pedrosa.

Même s’il clame son innocence, la direction de course décide lui infliger 4 points de pénalité et l’oblige à partir de la dernière position.

Auteur d’une course extraordinaire, il parvient à remonter la quasi-totalité de ses concurrents pour se hisser à la 4ème place, derrière le trio espagnol Lorenzo, Marquez et Pedrosa.

Il est actuellement 3ème du Championnat du Monde derrière Lorenzo et Marquez.

La saison 2016 s’annonce excellente pour Rossi qui vient de gagner son 113ème Grand Prix en 334 courses professionnelles.

Valentino Rossi: The Doctor

Celui qu’on appelle « The Doctor », qui fête ses 20 ans de carrière en 2016, aura marqué une discipline qu’il a dominée pendant des années. Son charisme, sa personnalité et son talent auront donné à ce sport une dimension jamais vue auparavant.

Aujourd’hui, mardi 26 avril 2016 marquera les 30 ans de la pire catastrophe nucléaire de l’histoire à Tchernobyl dans le nord de l’Ukraine. Retour sur l’un des événements les plus marquants de la fin du XXème siècle.

Tchernobyl: les conditions de l’accident

C’est, donc, le 26 avril 1986 que l’accident s’est produit lorsque le réacteur n°4 conduisant à la fusion du coeur fut augmentée de façon incontrôlée. La libération d’une quantité très importante d’éléments radioactifs dans l’atmosphère induite par l’accident provoqua des dégâts considérables sur l’environnement, dégâts entraînant la mort de milliers de personnes et une vague de maladies survenues immédiatement ou longtemps après directement issues de l’irradiation ou de la contamination.

Première photo du réacteur n°4 après son explosion (source: lemonde.fr)

tchernobyl

Une zone dévastée

La centrale est située à une quinzaine de kilomètres de la ville ukrainienne de Tchernobyl et à une centaine de kilomètres de la capitale, Kiev.

Un rayon de 30 km a été défini autour de la centrale dès les jours qui ont suivi l’accident. Cependant de nombreux photographes professionnels ont pris le risque de s’aventurer sur le site et prendre des photos dignes de films apocalyptiques.

tchernobyl

Une poupée et des chaussures abandonnées dans une crèche de Pripyat près de la centrale nucléaire de Tchernobyl (source: AFP / Genya Savilov)

tchernobyl

Une attraction à l’abandon (source: 20minutes.fr)

tchernobyl

Une pièce à vivre (source: Roland Vérant)

La très grande majorité des populations évacuées ne savaient pas qu’elles ne reverraient jamais leurs maisons. Les lits sont défaits, la nourriture encore dans les réfrigérateurs, le linge encore étendu.

Les différentes villes autour de la centrale et notamment la ville de Pripiat (située à 3km) sont désormais des villes fantômes dont les décors rappellent les plus grandes productions de films post-apocalyptique.

Dans les mois qui ont suivi, le nuage radioactif atteint toute l’Europe:

Conséquences sanitaires et humaines sans précédent

L’accident nucléaire de l’histoire aura eu un impact considérable sur les populations, en premier lieu ukrainienne mais également sur les populations européennes.

C’est plus d’un jour après l’accident que les 50 000 habitants de la ville de Pripyat sont évacués. Dès les premiers jours, les premiers symptômes (vomissements, diarrhées), dus aux irradiations, apparaissent. Dans les jours qui suivent, ce sont plus de 250 000 personnes dans un rayon de 30 kilomètres et venant de Biélorussie, de Russie et d’Ukraine qui sont évacuées. Plus de 30 000 personnes seront, au début de l’année 1987, relogés dans une ville créée à partir de rien, la ville de Slavoutytch.

Durant les mois qui ont suivi l’explosion, ce sont plus de 600 000 ouvriers appelés « liquidateurs » venus d’Ukraine, de Biélorussie, de Lettonie, de Lituanie et de Russie qui se relaieront dans le but de nettoyer et de sécuriser la zone.

Images d’archive des « liquidateurs »:

Le nombre de personnes touchées reste toujours aujourd’hui sujet à controverse et les estimations finales font état de plus de 125 000 morts (dont 35 000 liquidateurs) et pas moins de 100 000 handicapés, tous liés directement à la catastrophe.

1986-2016

30 ans après, des milliers de personnes touchées dans l’Europe entière et principalement en Biélorussie, en Ukraine et en Russie sont endeuillées par la perte de très nombreux proches et éprouvent toujours autant de difficulté à s’intégrer dans une société dont les gouvernements ne se préoccupent plus d’eux.

Cette liste n’est pas organisée selon un classement précis mais selon le rassemblement de personnalités ou groupe de personnalités en 4 grandes catégories.

Lumière sur les personnalités qui composeront cette édition 2016.

Les Leaders

Cette liste regroupe les principaux leaders des mondes politique et économique. Même si certaines figures font régulièrement partie du classement, de nouvelles personnalités ont émergé cette année.

Justin Trudeau

Time-Magazine

(source: ici.radio-canada.ca)

Le jeune et si charismatique Premier Ministre canadien Justin Trudeau fait partie pour la première fois du classement. C’est le créateur du célèbre talk-show américain « Saturday Night Live », Lorne Michael qui a écrit son portrait. Il dit notamment de lui: «  De bien des façons, le Canada n’est plus le pays dans lequel j’ai grandi, mais quand j’entends Justin Trudeau parler, je reconnais le vrai Canada. Audacieux, clair et progressif ».

Christine Lagarde 

Time-Magazine

(source: alalumieredunouveaumonde.blogspot.com)

La présidente du Fonds Monétaire International (FMI) depuis 2011 fait partie de la liste de personnalités les plus influentes de l’année pour la 4ème fois d’affilée et son portrait est écrit par l’économiste Janet Yellen, présidente du conseil des Gouverneurs de la Réserve fédérale des États-Unis.

Aung San Suu Kyi

Time-Magazine

(www.ibtimes.co.uk)

La figure la plus célèbre de l’opposition à la dictature birmane et prix nobel de la paix en 1991, Aung San Suu Kyi fait partie de la liste pour la 5ème fois depuis 2004, quelques semaines après sa nomination au poste de ministre des Affaires étrangères, conseillère spéciale de l’État et porte-parole de la Présidence.

Hillary Clinton, Donald Trump, Bernie Sanders

Clinton-Trump-Sanders-jpg

(source: www.wvtm13.com)

Les trois candidats à l’élection présidentielle Hillary Clinto, Donald Trump et Bernie Sanders américaine font, eux aussi, partie de la liste. Principaux candidats, la lutte qui les oppose depuis le début leurs campagnes divise l’opinion américaine et attire l’attention du monde entier.

Les icônes

Cette liste regroupe les icônes de la chanson, du sport et du cinéma.

Leonardo DiCaprio

Time-Magazine

(source: parade.com)

Le fait que Leonardo DiCaprio fasse partie du classement n’est pas un hasard. Plus que jamais engagé dans la lutte contre le réchauffement climatique, il a remporté le premier Oscar de sa carrière il y a quelques semaines pour son interprétation dans le film « The Revenant ».

Nicki Minaj

Time-Magazine

(source: www.billboard.com)

Considérée comme la meilleure rappeuse de sa génération, Nicki Minaj sera en couverture de l’un des 6 déclinaisons de la publication du Time Magazine cette année.

Usain Bolt

Time-Magazine

(source:www.independent.co.uk)

L’homme le plus rapide du monde fait lui aussi partie de ce classement et devrait encore briller aux Jeux Olympiques de Rio cet été.

Les Géeants

Priscilla Chang et Marc Zuckerberg 

Time-Magazine

(source: www.cbc.ca)

Le couple est à l’origine de la création de l’ « Initiative Chan Zuckerberg », une entreprise philanthropique américaine pour l’investissent, financement, promotion dans les domaines divers de la progression de l’humanité, l’égalité des sexes, l’éducation, la recherche scientifique, la santé, l’écologie etc.

Le Pape François

Time-Magazine

(source:www.directmatin.fr)

Élu personnalité de l’année par le même magazine, le Pape François est devenu une icône pour des millions de personnes croyantes ou non à travers sa doctrine prônant la justice sociale, la protection des plus faibles et la préservation de la planète.

Les Pionniers

Nadia Murad

Time-Magazine

(source:www.bbc.co.uk)

Nadia Murad est une rescapée yézidie du groupe terroriste État Islamique. Ancienne esclave sexuelle, elle est devenue une figure de la lutte pour le droit et la protection des femmes dans le monde.

Caitlyn Jenner

Time-Magazine

(source: www.people.com)

Décriée, ignorée ou respectée, Caitlyn Jenner (anciennement Bruce Jenner) figure dans ce palmarès des personnes les plus influentes de 2016 pour son changement d’identité sexuelle.

Les 100 personnalité les plus influentes du Time Magazine: un choix difficile

Une fois de plus le Time Magazine aura réalisé une liste éclectique dont certains noms ne plaisent pas forcément à tout le monde. Mais comme les éditeurs de Time l’ont expliqué en 2004:  une personne pouvait être incluse dans la liste par sa fonction, son influence sur « les grands événements de notre époque » même si elle apparaît peu au regard du grand public, ou encore si elle « influence nos vies à travers son exemple moral ».

La Reine Élisabeth II a fêté aujourd’hui, 21 avril 2016, ses 90 ans et ne semble définitivement pas décidée à céder son trône. Celle, que les britanniques ont en adoration s’est affirmée tout au long de sa vie comme une femme et une monarque hors du commun. Retour sur une vie extraordinaire.

La Reine Élisabeth II: une monarque pas comme les autres

À ce jour, la Reine d’Angleterre est le souverain britannique ayant régné le plus longtemps: 64 ans 2 mois et 15 jours. En effet, elle a pris ses fonctions en tant que « Reine de sept États indépendants du Commonwealth » le 6 février 1952.

C’est le 2 juin 1953 qu’elle est couronnée dans la célèbre abbaye de Westminster à Londres.

Reine-Élisabeth-II

(source: matchingpoints.com)

Après le traumatisme de la seconde guerre mondiale la Reine a entamé une période de réformes supposées reconstruire un pays alors ravagé tant sur le plan humain que sur le plan économique. Dès les années 1960, elle a également entrepris de renvoyer une image plus moderne, moins solennelle de la monarchie. Très vite, la Reine Élisabeth II a imposé un style très personnel et a amorcé ce que l’on pourrait appeler la « nouvelle ère Elisabéthaine ».

Ses centres d’intérêts principaux sont l’équitation et les chiens notamment les Welsh Corgis avec lesquelles elle a été photographiée de nombreuses fois.

C’est au milieu des années 1980 que les premières critiques ont commencé à pleuvoir sur la Reine mais principalement sur la Monarchie anglaise et le train de vie qu’entretenaient ses membres. C’est pourquoi en 1990, une loi l’oblige à payer un impôt sur le revenu et à ouvrir les portes du palais de Buckingham. C’est après la mort de Lady Diana une semaine plus tard que la côte de popularité de la Reine atteint son niveau le plus bas.

Depuis cette époque, la tendance s’est totalement inversée et la Reine est devenue une véritable icône pour des millions de gens dans le monde entier.

Le Royaume du Commonwealth

La Reine Elisabeth est le chef du Royaume Commonwealth qui représente 16 États à travers le monde:

Reine-Élisabeth-II

Carte du Royaume du Commonwealth (source: deviantart.com)

Ce titre n’implique cependant aucune puissance envers les pays des États membres et n’appartient pas automatiquement au monarque britannique. Cela représente, cependant, près de 135 millions de sujets, répartis sur 19 millions de km² dans le monde – soit plus de 12,5% des terres de la planète…

La Reine Élisabeth jouit ainsi d’un véritable respect plus qu’une réelle influence politique ou économique.

Un engouement international

Reine-Élisabeth-II

(source: Wermuth/Reuters)

Pour le 90ème anniversaire de la Reine, les britanniques n’ont pas fait les choses à moitié:

  • 1000 torches ont allumées en son honneur en Angleterre et dans le monde entier
  • des salves ont été tirées au canon depuis Hyde Park ainsi que depuis la tour de Londres
  • des centaines de milliers de personnes se sont retrouvées dans les rues pour célébrer cet anniversaire si particulier

La Reine passe, elle, 4 jours au château de Windsor situé à une quarantaine de kilomètres de Londres entourée de sa famille. Elle recevra vendredi 22 avril le couple présidentiel américain Barack et Michelle Obama pour déjeuner.

La Reine Élisabeth aura durant toutes ses années de règne insufflé un élan de patriotisme et de fierté chez les britanniques plus fort qu’aucun monarque avant elle. Elle reste et restera pendant longtemps un modèle d’élégance, de droiture et de modernisme ayant inspiré des générations de gens dans le monde entier.